Poumon vert - Ian R. MacLeod

 
 
▪️Titre▪️ Poumon vert
▪️Auteur▪️ Ian R. MacLeod
▪️Genre▪️ Science-fiction 
▪️Édition▪️ Le Bélial - collection Une Heure Lumière - avril 2017
▪️Infos techniques▪️ Ebook (4,99€) - existe en format poche (9,90€) - 144 pages
 
▪️Synopsis▪️
Lors de sa douzième année standard, pendant la saison des Pluies Douces habarienne, Jalila quitte les hautes plaines de Tabuthal. Un voyage sans retour - le premier. Elle et ses trois mères s'installent à Al Janb, une ville côtière bien différente des terres hautes qui ont vu grandir la jeune fille. Jalila doute du bien-fondé de son déménagement. Ici, tout est étrange. Il y a d'abord ces vaisseaux, qui percent le ciel tels des missiles. Et puis ces créatures d'outre-monde inquiétantes, qu'on rencontre parfois dans les rues bondées. Et enfin, surtout, la plus étrange des choses étranges, cet homme croisé par le plus pur des hasards - oui, un... mâle. Une révélation qui ne signifie qu'une chose : Jalila va devoir grandir, et vite ; jusqu'à percer à jour le plus extraordinaire secret des Dix Mille et Un Mondes...
 
Poumon vert, finaliste des prix Hugo et Sturgeon 2003, nominé au prix Nebula 2004, a été élu meilleur court roman de l'année 2003 par les lecteurs de la revue américaine Isaac Asimov's Science Fiction Magazine.
 
▪️À propos de l'auteur▪️
Né dans les environs de Birmingham en 1956, Ian R. MacLeod, d'origine écossaise, a débuté'sa carrière dans la revue britannique Interzone au tournant des années 90. Styliste à la sensibilité hors pair, il est aujourd'hui considéré comme l'une des figures de proue du renouveau spectaculaire que connut la SF outre-Manche au début du XXIe siècle. Ses nouvelles, saluées par quantité de prix littéraires, sont régulièrement reprises dans les prestigieux Year's Best Science Fiction de Gardner Dozois.
En France, deux de ses romans ont été traduits : Les îles du soleil et L'âge des lumières. (source Amazon)
 
▪️Verdict▪️
Un récit intéressant, dans un futur où il n'y a presque plus que des femmes.
Un peu déstabilisant sur l'écriture au début (tous les personnages sont au féminin, même un mâle on le nomme "elle", une fois ce cap passé, l'histoire se révèle intéressante, dépaysante et gracieuse.
 
L'auteur a développé cet univers d'une manière peu banale, plein de références à l'Afrique du nord, cette région a certainement inspiré Mr MacLeod, que ce soit les prénoms, les lieux ou les consonances, ce qui donne une sensation de beauté indéniable au décor posé ici.
 
On aborde également divers thèmes tels que la religion, le don de soi à des causes spirituelles, l'appartenance à un groupe, les liens familiaux, les changements physiques à la puberté, mais aussi l'amour, la découverte du sexe opposé lors de l'adolescence ou encore la jalousie, la perte d'êtres chers et l'amitié, le tout en 144 pages, ce qui en fait un texte riche et intense.
 
Il fait parti de la collection Une heure lumière de chez Le Bélial c'est donc par définition un texte court, je trouve cela tout de même dommage car sur une taille "roman" l'histoire aurait été bien plus développée, surtout sur l'univers abordé, le thème s'y prêtait vraiment et je suis certain que l'auteur aurait pu en faire un superbe récit.
 
▪️Ma note 7,5/10▪️
 
▪️Les +▪️
🔶L'esthétique de l'univers créé par l'auteur🔶 
🔶Les différents sujets abordés🔶
▪️Les -▪️
🔶Un début difficile à comprendre🔶
🔶Ne pas en avoir fait un bon gros roman🔶
 
 
 

Commentaires

  1. Complètement d'accord avec toi sur le fait qu'en format plus long ça aurait été un délice absolu! L'univers n'est qu'effleuré et il nous reste un goût d'inachevé à la fin parce que l'écriture et le décor est si envoûtant qu'on en veut plus

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Carrément plus oui, du coup la collection Une heure Lumière est excellente mais c'est le gros défaut quand le texte est très bon, c'est trop court alors que c'est le principe même, par exemple j'ai le,même sentiment pour Un pont sur la brume, trop court..

      Supprimer

Enregistrer un commentaire